Permanence juridique 16 Novembre 2018

La prochaine permanence aura lieu le 16 novembre 2018 de 14  à 17 H 00 au...

Protection juridique du 26 octobre 2018

La réunion aura lieu le 26 octobre de 14 à 17 H 00 au siège de l'IPRC. La...

Gestion du Patrimoine 31 octobre 2018

La réunion aura lieu le 31 octobre de 14 à 17 H 00 au siège de l'IPRC. La...

ALLIANCE PRO

Les six groupes constitutifs d’Alliance professionnelle (Agrica, Audiens,...

RAPPROCHEMENTS

Si les travaux destinés à unir Malakoff Médéric et Humanis sont...

Actualité de la branche

Tract intersyndical du 19 janvier 2015

 

Notre profession, ses salariés, notre convention collective sont attaqués !


Le 26 janvier 2015, les fédérations syndicales rencontrent les employeurs pour négocier l’augmentation des minima de la profession qui impactent les augmentations générales de salaires.

Pour lire le tract, cliquer sur :   TRACT-INTERSYNDICAL

Non à la mainmise sur les régimes de retraites

Non à la mainmise du gouvernement sur les régimes de retraites complémentaires

Les faits : 

  • Manuel Valls demande au Haut Conseil du Financement (HCF) de la Protection Sociale d’étudier le recouvrement des cotisations retraites par les URSSAF. 
  • Les pouvoirs publics envisagent aussi de piloter les retraites complémentaires en lieu et place des partenaires sociaux. 

En quoi c’est catastrophique ? 

  • Disparition du paritarisme au profit de l’étatisme. 
  • Mise à mal du fonctionnement des régimes de retraites :
    • ne pas avoir la trésorerie nécessaire au moment voulu pour payer les pensions.
    • manque de justesse du calcul des droits
    • organisation incompatible avec un système dans lequel les entreprises ne cotisent pas toutes aux mêmes taux. 
  • 3000 salariés de la retraite devront intégrer le régime général. 

Les actions de l’IPRC  déjà entreprises ? 

  • Obtention que la CFE-CGC  au H.C.F. s’oppose à ces mesures
  • Intervention en négociation de branche

DIRECTION GENERALE DE L’AGIRC ET DE L’ARRCO

DIRECTION GENERALE DE L’AGIRC ET DE L’ARRCO


Le Comité paritaire de nomination AGIRC - ARRCO, réuni ce jour, a décidé à l’unanimité moins une abstention de proposer Monsieur François-Xavier SELLERET au poste de Directeur Général de l’AGIRC, de l’ARRCO et du GIE AGIRC - ARRCO, en remplacement de Jean-Jacques MARETTE qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Cette proposition doit être maintenant entérinée par les Conseils d’Administration de l’ARRCO et de l’AGIRC, respectivement prévus le 10 et le 11 décembre prochain.


Agé de 42 ans, François-Xavier SELLERET est diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes de Santé Publique et de l’ESSEC.

Il a précédemment exercé des responsabilités opérationnelles aux hospices civils de Lyon en qualité de directeur financier adjoint, activité qui faisait suite à l’exercice d’une fonction de DRH au centre hospitalier de Bourgoin-Jallieu.

Depuis 2013 à l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), il a exercé des fonctions au sein de différents Ministères sociaux et économiques.

 


PRO BTP investit dans la lutte contre la fraude

L’institution de prévoyance du bâtiment a présenté son nouveau dispositif, lors de la manifestation Réavie qui s’est déroulée du 6 au 8 octobre à Cannes.


Estimant qu’entre 2 et 5 % de ses remboursements en santé relèvent de pratiques frauduleuses, PRO BTP s’est doté d’un nouvel outil de détection. Un investissement justifié, selon Olivier Nique, directeur des partenariats santé, « par la nécessité d’une plus grande maîtrise des frais de gestion en vue de la concurrence accrue engendrée par l’ANI et par le renforcement des contrôles des dépenses induit par Solvabilité II ». La plate-forme d’IBM Global Services choisie devait satisfaire plusieurs exigences. 

1/Une capacité de traitement industriel et automatisé, chaque assuré bénéficiant en moyenne de 38 remboursements par an. 

2/Une aptitude à détecter les fraudes a priori, dès la demande de prise en charge ou l’établissement d’un devis. « Il s’agit moins de sanctionner que de dissuader ces opportunistes cherchant à optimiser leur reste à charge, d’autant que les comportements de ces professionnels de santé et de ces assurés changent dès la première mise en garde », indique Olivier Nique.

3/Un outil évolutif capable de s’adapter à l’évolution de ces comportements atypiques. 

4/Une architecture ouverte permettant de partager cette connaissance avec d’autres organismes assureurs intéressés.

Après l’analyse, sur 21 mois, de 3,3 millions de prestations en optique et en dentaire, la plate-forme donne ses premiers fruits. Sur l’achat d’équipement solaire pour enfant à la veille de l’été, par exemple, plus de 90 % des cas atypiques détectés se sont révélés frauduleux, se félicite Stéphan Reuge, directeur santé de PRO BTP qui réfléchit déjà à une extension de l’outil à d’autres champs, tels que l’hôpital, l’audioprothèse ou encore le transport des malades et les soins infirmiers. Autre intérêt, grâce à cet outil et à d’autres mesures, PRO BTP va pouvoir « se permettre d’annoncer une baisse de ses tarifs en santé en 2015 », souligne Olivier Nique.



Paru dans Protection Sociale Informations, N° 949 du 22/10/2014