Actualité de la branche

Humanis Prévoyance - un prérapport accablant

Comme l’a révélé L’Opinion, le 6 octobre, un pré rapport de contrôle de l’ACPR, transmis anonymement à la presse, pointe les insuffisances de gestion de cette institution de prévoyance (IP).


Après deux exercices déficitaires en 2012 et 2013 (PSI n° 933), entraînant la disparition d’environ 10 % de ses fonds propres et la dégradation de son ratio de solvabilité de 293 à 242 %, Humanis Prévoyance fait l’objet, depuis le printemps, d’une mission de contrôle de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACPR). Le premier constat, au bout de deux mois d’investigation, est sans appel : l’IP n’est pas en mesure de « piloter efficacement son activité », écrivent les auteurs de ce prérapport finalisé en juillet. À la décharge de l’IP, son périmètre a été plus que chamboulé en deux ans, avec pas moins de huit opérations de fusion-absorption (dont celle de la Capaves, déficitaire de 55 M€ en 2012), deux transferts de portefeuille et un changement de direction générale et d’organisation. « Dans l’attente d’un système d’information unique et intégré, les nombreux SI existants rendent la gestion particulièrement complexe », ajoutent les rapporteurs. D’autant que les modes d’organisation des trois principales entités (Novalis Taitbout, Vauban Humanis et Aprionis) « n’ont pas encore été unifiés ». La direction générale du groupe se refuse à commenter ce prérapport. Toutefois, de source proche, elle n’en partagerait pas moins les constats et les solutions à mettre en œuvre. Et le groupe pourrait échapper aux sanctions.

Sur le fond, l’ACPR pointe plusieurs dysfonctionnements. 

1/Une maîtrise défaillante des délégataires de gestion qui réalisent pourtant près du quart du chiffre d’affaires de l’IP (2 Mds€ en 2013). 

2/Une gestion technique complexe, nécessitant de nombreux retraitements manuels et source de risques opérationnels. 

3/Un mode de calcul de ses 3,1 Mds€ de provisions techniques manquant de cohérence. 

4/Un contrôle interne « à efficacité variable », lié notamment au fait que « la direction des risques et du contrôle interne est encore en construction » et que les travaux de cartographie des risques, de diagnostic et de préconisation d’organisation sont« encore en cours ».


Paru dans Protection Sociale Informations, N° 949 du 22/10/2014

Humanis fusionne ses complémentaires

Humanis fusionne ses complémentaires

Actualité du 08/10/2014

Les assemblées générales des six institutions métropolitaines de retraite complémentaire du groupe Humanis ont ratifié, le 1er octobre, leur fusion en deux entités.
 
Au 1er  janvier 2015, Altea, CGRCR et Novalis Retraite Agirc donneront naissance à Humanis Retraite Agirc (1,1 million de cotisants, 800 000 pensionnés) tandis qu’Abelio, Irneo et Novalis Retraite Arrco deviendront Humanis Retraite Arrco (4,4 millions de cotisants, 3,3 millions de pensionnés) pour un total de 18 Mds€ de prestations et 83 M€ d’action sociale par an. Ce faisant, Humanis respecte le calendrier de fusions institutionnelles planifiées à sa création, en 2012, sans
« aucune incidence sur les droits acquis par les salariés cotisants ni sur les prestations versées aux retraités », insiste le communiqué du groupe de protection sociale. Il s’agit au contraire de 
« clarifier et simplifier la gestion et le service retraite à destination des clients »  avec, par exemple, la « mise à disposition d’un numéro d’appel unique Humanis par type de client »
 ou encore l’« harmonisation de la politique d’action sociale », ajoute le communiqué.
 
La fusion offre « une meilleure visibilité pour les entreprises clientes et les actifs affiliés, surtout pour ceux qui, historiquement, étaient partagés entre différentes institutions », observe Frédéric Roullier, directeur retraite d’Humanis, sans compter les « gains de productivité », même s’ils sont « difficiles à chiffrer ».
 
Les nouvelles entités seront dotées d’un conseil d’administration issu de ceux des institutions d’origine. Leurs statuts seront « provisoires », ajoute Frédéric Roullier, qui attend l’issue de la révision des statuts-types des institutions de retraite complémentaire.
 
 Autre énorme chantier mené en parallèle : celui de la convergence des systèmes d’information. 
« Opérationnellement, 17 des 19 convergences et déploiements de systèmes d’information de l’Usine Retraite ont été menés à bien depuis la création d’Humanis », se félicite le groupe. Avec l’objectif de « faire converger deux par deux » les systèmes « tous les six mois », il devrait achever son programme au printemps 2015 et se tenir ainsi « prêt techniquement pour entrer dans la DSN », selon Frédéric Roullier.

ALLIANCE PRO - Actualité

ALLIANCE PRO. Actualité du 17/10/2014

L’intégration de la Crepa au sein de la future Alliance Professionnelle pourrait intervenir d’ici la fin de l’année. Le CA d’Agrica, rétif à toute idée de fusion-absorption, vient, lui, de retoquer le projet préparé par PRO BTP.

Répartion géographique des effectifs de la branche RCP

Voici une carte de répartition des effectifs de la Branche au 31 12 2013 :

Pour la consulter, cliquer :  RCP