ALLIANCE PRO

Les six groupes constitutifs d’Alliance professionnelle (Agrica, Audiens,...

RAPPROCHEMENTS

Si les travaux destinés à unir Malakoff Médéric et Humanis sont...

Permanence juridique du 13 juillet 2018

La prochaine permanence aura lieu le 13 juillet 2018 de 14 h à 17 h.    

Réunion des Délégués syndicaux juin 2018

La prochaine réunion aura lieu le 12 juin de 9 à 16 H 30 dans les locaux de l'AG2R, 26 square Montholon PARIS 9e. Métro Cadet.

Titre Flash

Ce soir soupe à la grimace.....

Tout le monde est invité

Projet Edito 2018

Suppresison suite à la l'edito fait par Patrick L 

Kerialis s’associe avec la caisse des huissiers de justice

Kerialis s’associe avec la caisse des huissiers de justice

Kerialis, la Caisse de retraite et de prévoyance des salariés des cabinets d’avocats (ex-Crepa), a annoncé, le 5 juillet, un rapprochement avec la caisse des personnels des huissiers de justice.

 

Pour ne pas se faire absorber, Kerialis souhaitait nouer des partenariats avec des semblables 
(PSI n° 1057).
 
Une première étape a été franchie avec la Caisse de retraite complémentaire des clercs et employés des huissiers de justice (Carco), dont les 15 salariés sont arrivés il y a quelques semaines dans ses locaux. L’institution espère réaliser des économies en partageant des outils, notamment pour recouvrir les cotisations et payer les prestations. Mais la caisse ne veut pas s’arrêter là et cherche qui pourrait lui permettre de renforcer ses capacités commerciales et l’aider à développer des outils de digitalisation.

 

Avec un chiffre d’affaires en progression de 2 % en 2016, un résultat net comptable de 5 M€, 111 M€ de fonds propres et un ratio de solvabilité proche de 200 %, Kerialis s’est lancé dans une amélioration de ses garanties pour préserver leur attractivité. Les couvertures prévoyance, qui couvrent 95 % des effectifs de la branche – évalués à 36 000 salariés –, ont été étendues début 2017 avec des prestations portées à 95 % du salaire en arrêt de travail et 100 % en invalidité. La franchise a été réduite à 30 jours, contre 90 à 120 précédemment, et la garantie décès, renforcée pour les cadres (10 % des effectifs). 
« Le coût technique de ces mesures est de l’ordre de 3M€ par an », indique Éric Chancy,  directeur général de Kerialis.

 

Mais la santé financière de l’institution lui permet de s’attaquer à d’autres chantiers. Des réflexions ont été lancées pour améliorer les prestations du régime dépendance de la branche, réassuré par AXA, et qui ne sert pour l’heure qu’une centaine de rentes. La retraite fait aussi l’objet d’études techniques, alors que les nouvelles règles prudentielles – et notamment la prise en compte de plus-values latentes – et la modification du taux technique ont permis de franchir un grand pas dans le plan de couverture du régime initié en 2006. Kerialis envisage ainsi une baisse du taux d’appel, en concertation avec l’ACPR.

Paru dans Protection Sociale Informations: N° 1082 du 12/07/2017