Permanence Gestion du Patrimoine du 26 septembre 2018

La réunion aura lieu le 26 septembre de 14 à 17 H 00 au siège de l'IPRC. La...

Permanence juridique 21 septembre 2018

La prochaine permanence aura lieu le 21 septembre 2018 de 14  à 17 H 00 au...

ALLIANCE PRO

Les six groupes constitutifs d’Alliance professionnelle (Agrica, Audiens,...

RAPPROCHEMENTS

Si les travaux destinés à unir Malakoff Médéric et Humanis sont...

ALLIANCE PRO

Les six groupes constitutifs d’Alliance professionnelle (Agrica, Audiens, B2V, IRP Auto, Lourmel et PRO BTP) ont annoncé, le 4 avril, avoir fusionné leurs caisses Agirc et Arrco avec effet rétroactif au 1er janvier 2018 (PSI n° 1100).

Avec 11 Mds€ de cotisations encaissées, 618 000 entreprises adhérentes, 4,1 millions de salariés affiliés et 3,8 millions d’allocataires retraités, ces deux institutions pèsent 18 % du total de l’Agirc-Arrco. « Chaque groupe conserve la gestion de son activité retraite et la relation directe avec les entreprises, salariés et retraités », précise le communiqué.

 

Les conseils d’administration (CA) des institutions de retraite complémentaire (IRC) Alliance pro Arrco et Alliance pro Agirc ont été installés le 4 avril. Non sans difficultés.

Plus de deux mois et demi de palabres et sept versions différentes ont été nécessaires aux partenaires sociaux des onze caisses Agirc-Arrco d’Alliance pro (Lourmel n’a pas de caisse Agirc) pour finaliser la composition des CA de leurs nouvelles IRC. « Et on doit recommencer l’exercice d’ici neuf mois pour le régime unifié », soupire un confédéral. Sur le papier, la répartition des sièges avait pourtant été calée par la charte de fonctionnement concoctée par le comité ad hoc. Dans chacune des IRC, chaque syndicat devait désigner trois titulaires de façon à ce qu’au final neuf soient issus des trois plus gros GPS (PRO BTP, Agrica et B2V) et six des trois petits (Audiens, IRP Auto et Lourmel). « Comme chaque organisation voulait maintenir son représentant PRO BTP en tant qu’IRC absorbante, il a fallu faire des compromis », remarque un administrateur, sachant que « les discussions n’ont pas été moins acharnées du côté patronal ». Les syndicats ont fini par tomber d’accord au prix d’un subterfuge de la part de la CFE-CGC pour maintenir un quatrième représentant PRO BTP, ce qui a provoqué l’ire de FO. Reste maintenant à pourvoir les commissions financières et sociales communes.

La répartition des 63 M€ de dotations d’action sociale constituera aussi une étape importante. Sur le papier, chaque section issue des anciennes IRC va recevoir sa quote-part sans aucune mutualisation. Mais dès 2019, elles devront respecter les orientations prioritaires et les barèmes d’aide sociale définis d’ici l’automne par l’Agirc-Arrco. « Les budgets dédiés viendront en déduction des aides professionnelles », anticipe un administrateur. Idem pour les 250 M€ de dotations de gestion. « Les CA se prononceront, le 12 juin, sur la feuille de route leur permettant de respecter leur quote-part d’économies de gestion », indique Jean-François Ropert, président (CGT) de l’IRC Arrco. À charge pour les directions d’identifier les moyens susceptibles d’être mutualisés pour lisser les à-coups de production.

Relevé de décisions des Conseils d'Administration : ARRCO - AGIRC