B2V : les assureurs favorables au départ du BCAC

B2V : les assureurs favorables au départ du BCAC La Fédération française de...

ALLIANCE PRO AU COMPLET

ALLIANCE PRO AU COMPLET « IRP Auto et Agrica nous ont confirmé cette...

AGRICA : la sommitale valide les modalités de la Sgaps agricole

Paru dans Protection Sociale Informations, N° 1075 du 24/05/2017 Après deux...

Forfait jour : Jurisprudence importante

Merci de prendre connaissance de cette jurisprudence.  Forfait jours : un...

l'Ircem à l'heure des choix

  L'Ircem, le groupe de protection sociale des emplois de la famille, vient...

B2V

B2V se bat bec et ongles pour compenser la baisse de dotation de gestion liée...

MALAKOFF MÉDÉRIC

MALAKOFF MÉDÉRIC.  La sommitale de Malakoff Médéric devait mandater, le...

Les IP résistent en santé mais souffrent en prévoyance

Les IP résistent en santé mais souffrent en prévoyance

Le Centre technique des institutions de prévoyance (Ctip) a présenté, le 21 juin, ses résultats pour 2016 dans un contexte de concurrence exacerbée par l’ANI et la fin des clauses de désignation.

 

En 2016, les institutions de prévoyance (IP) ont engrangé 13,1 Mds€ de cotisations. Stable au total en un an, ce résultat est contrasté selon les métiers. En santé, les IP ont tiré parti des 58 accords de branche signés en 2015, générant 200 000 salariés couverts en plus (sur 13 millions) et une hausse de 3,9 % des cotisations (6,5 Mds€). Du fait du volume des dispenses d’affiliation, du recentrage des garanties sur les seuls salariés et de la chute des contrats de branche signés en 2016 (seulement deux) 
« le basculement du portefeuille individuel vers le collectif sera plus progressif qu’escompté », prévient 
Jean-Paul Lacam,  délégué général (DG) du Ctip. 

« Et il faudra attendre deux à trois ans avant de dresser un premier bilan de l’ANI », ajoute-t-il, en appelant « à une pause réglementaire et fiscale »  sur les contrats collectifs. Malgré une hausse des remboursements (+ 6,6 %) liée « à l’effet volume, les dépenses d’optique se sont stabilisées pour la première fois en 2016 grâce aux réseaux de soins », relève Bertrand Boivin-Champeaux,  directeur santé prévoyance du Ctip. 

« Cela plaide pour étendre le champ d’action de ces réseaux à d’autres spécialités », reprend le DG.

 

En prévoyance, la baisse de 4,3 % des cotisations (5,7 Mds€) est liée à la fin des clauses de désignation. Les prestations (12,2 Mds€) connaissent une baisse de 10,6 % en matière d’arrêts de travail, compensée par une hausse de 4,5 % en invalidité/décès. Les IP cèdent enfin du terrain en épargne retraite avec 908M€ de cotisations (– 2,3 %) pour 1,1Md€ de prestations versées (– 11 %). Si le résultat technique reste déficitaire de 126 M€ (contre 204 M€ en 2015), les IP dégagent un résultat net positif de 103 M€. Au total, elles affichent un ratio de solvabilité moyen de 286 % sous Solvabilité II (incluant les mesures transitoires), variant toutefois de 110 à 400 % selon les IP.


Paru dans Protection Sociale Informations: N° 1080 du 28/06/2017