B2V : les assureurs favorables au départ du BCAC

B2V : les assureurs favorables au départ du BCAC La Fédération française de...

ALLIANCE PRO AU COMPLET

ALLIANCE PRO AU COMPLET « IRP Auto et Agrica nous ont confirmé cette...

AGRICA : la sommitale valide les modalités de la Sgaps agricole

Paru dans Protection Sociale Informations, N° 1075 du 24/05/2017 Après deux...

Forfait jour : Jurisprudence importante

Merci de prendre connaissance de cette jurisprudence.  Forfait jours : un...

l'Ircem à l'heure des choix

  L'Ircem, le groupe de protection sociale des emplois de la famille, vient...

B2V

B2V se bat bec et ongles pour compenser la baisse de dotation de gestion liée...

MALAKOFF MÉDÉRIC

MALAKOFF MÉDÉRIC.  La sommitale de Malakoff Médéric devait mandater, le...

Loi Travail ... Declaration CFE-CGC

 

Prenez connaissance de la déclaration de la Confédération et de l’ensemble des fédérations CFE-CGC au sujet de la loi travail.

Cette déclaration est parue aussi dans les pages politique du journal « Les Echos » de ce jour Vendredi 13 Juillet 2017.

Déclaration au format PDF affichable 

 

Quel avenir pour l’entreprise et ses salariés ?


Présentée comme une réforme phare de son quinquennat par le président de la République, la refonte du Code du travail suscite l’inquiétude d’une grande partie de la population.


Avec l’exécutif, nous partageons l’objectif prioritaire d’améliorer l’emploi.
À cette fin, la CFE-CGC, considérant que la compétitivité des entreprises passe aussi par un dialogue social équilibré, n’a pas hésité à accepter la méthode en même temps que l’objectif. Nous nous sommes engagés avec confiance dans la phase « inédite » de concertation bilatérale sans remettre en cause le principe d’une loi prise in fine par ordonnances, marquant ainsi notre volonté de contribuer à faire du texte final un projet positif pour l’économie et la société.


Fidèle à son engagement, la CFE-CGC a fait des propositions pour ouvrir le champ de la discussion. Hélas, force est de constater, à l’issue de la quatrième rencontre, que le gouvernement reste sourd aux remarques, critiques et propositions que la CFE-CGC porte au sujet des différents éléments de la concertation. Nous sommes cordialement reçus, poliment écoutés mais absolument pas entendus.

Il apparaît, à ce stade, que le projet de l’exécutif est de reprendre un grand nombre des dispositions abandonnées, parce que trop clivantes, des lois Rebsamen et El Khomri. Et de les amplifier encore.


Plus inquiétant, nos interlocuteurs peinent à nous démontrer l’impact réel de ces réformes sur l’emploi. Au contraire, la CFE-CGC redoute que des dispositions nouvelles de précarisation du travail introduites par la future loi ne dégradent un peu plus la situation de l’emploi et de l’économie.


Nous espérions d’un gouvernement porté par une telle attente de changement, un projet plus juste et plus équilibré : une vision moderne de l’entreprise, cette cellule fondamentale de l’économie qui ne doit plus être considérée sous l’angle exclusif de ses actionnaires. Nous attendions une nouvelle définition de son rôle, de sa gouvernance et de son capital.

Un projet faisant de l’entreprise un bien commun. Nous voulions partager une vision sociale et moderne de l’entreprise et on nous présente un énième projet libéral de dérégulation.


À ce stade, rien de nouveau : des attaques classiques contre les corps intermédiaires, des vieilles lunes patronales enfin exaucées, le bien-être des salariés et des citoyens absents du projet. À l’heure où les enjeux économiques de la mondialisation exigent la mobilisation de toutes les intelligences au profit d’une vision partagée mettant l’entreprise au centre du projet de société,
on pouvait s’attendre à plus d’écoute.


Non, l’affaiblissement des corps intermédiaires et des contre-pouvoirs sociaux en France ne nous fera pas entrer dans le XXIe siècle.


Pour paraphraser un slogan désormais bien connu :

« Make social democracy great again*. »

* Rendons sa grandeur au dialogue social.