B2V : les assureurs favorables au départ du BCAC

B2V : les assureurs favorables au départ du BCAC La Fédération française de...

ALLIANCE PRO AU COMPLET

ALLIANCE PRO AU COMPLET « IRP Auto et Agrica nous ont confirmé cette...

AGRICA : la sommitale valide les modalités de la Sgaps agricole

Paru dans Protection Sociale Informations, N° 1075 du 24/05/2017 Après deux...

Forfait jour : Jurisprudence importante

Merci de prendre connaissance de cette jurisprudence.  Forfait jours : un...

l'Ircem à l'heure des choix

  L'Ircem, le groupe de protection sociale des emplois de la famille, vient...

B2V

B2V se bat bec et ongles pour compenser la baisse de dotation de gestion liée...

MALAKOFF MÉDÉRIC

MALAKOFF MÉDÉRIC.  La sommitale de Malakoff Médéric devait mandater, le...

Paru dans Protection Sociale Informations, N° 1075 du 24/05/2017

Après deux ans d’atermoiements, la sommitale du groupe de protection sociale (GPS) agricole a validé, le 18 mai, les modalités de sa future Sgaps, ainsi que le transfert de ses IRC vers celles d’Alliance pro.

Les administrateurs d’Agrica ont tranché: les institutions de retraite complémentaire (IRC) de ce GPS devraient, sous réserve de la validation des instances, rejoindre Alliance pro (PSI n° 1053). Depuis qu’ils s’en étaient éloignés en 2015 (PSI n° 967), le contexte a changé. Avec la perspective du régime unifié Agirc-Arrco, le sort des IRC est devenu un enjeu secondaire par rapport aux « intérêts de la famille agricole » en assurance de personnes et de ses deux assureurs historiques, Crédit agricole et Groupama. Or, en acceptant de fusionner dans une Sgaps prudentielle les trois institutions de prévoyance jusque-là indépendantes (CCPMA, Agri Prévoyance et CPCEA), tous s’engagent à faire d’Agrica « le seul véhicule paritaire du secteur sur les accords collectifs ». Avec l’idée de réitérer, sur d’autres champs, « le carton plein réalisé en 2016 par l’offre commune lancée sur la production agricole », selon François Gin, directeur général (DG) d’Agrica.

« En ramenant 35 000 entreprises en plus, cette offre nous a permis d’afficher un chiffre d’affaires en santé de 182,1 M€, en hausse de plus de 8 % en un an, malgré la fin des clauses de désignation », s’est félicité le DG qui présentait, le 18 mai, les résultats 2016 du GPS. Autre secteur porteur, l’épargne salariale a vu sa collecte (20,7 M€) augmenter de 70 %. « Nous devrions dépasser les 100 M€ d’encours d’ici la fin 2017 », a ajouté Frédéric Hérault, directeur général délégué. Avec la prévoyance et la retraite supplémentaire, le groupe a récolté 583,4 M€ de cotisations (+ 2 %) pour 1,3 Md€ de fonds propres. « Soit un ratio de solvabilité supérieur à 300 % sans mesures transitoires », a précisé le DG. Malgré la stabilité du nombre de salariés agricoles, les cotisations Agirc-Arrco d’Agrica ont en parallèle progressé de 3,5 %, à 2,2 Mds€. Et ce, sans compter les 6 000 entreprises qui ont rejoint le GPS agricole au 1er janvier, dans le cadre du regroupement des affiliations acté en 2013


 

UN CHANGEMENT DE DG

 

Tandis que l’horizon d’Agrica se dégage, François Gin, DG depuis 2011, s’apprête en septembre à prendre sa retraite. La désignation de son successeur pressenti, Frédéric Hérault, doit encore être confirmée le 14 juin par la sommitale.