Position CFE-CGC sur l'ANI de la modernisation du paritarisme

La CFE-CGC ne signera pas l'accord national interprofessionnel sur la modernisation du paritarisme.

L’objectif de ce texte était d'assurer la transparence de la gouvernance et des aspects financiers des organismes paritaires afin de répondre aux attaques régulières dont ils font l'objet. De nombreux outils étaient prévus : audits interne et externes, reporting, commission financière, rapport d'activité public, certification des comptes et publication... Il s'agissait aussi de rappeler l'apport du paritarisme aux salariés et aux entreprises. Le projet de texte a nécessité deux ans de discussions en trois phases : état des lieux, délibération (définition du champ, de la gouvernance, du financement)

Malgré nos demandes répétées, le principe de mode de prise de décision par le conseil d'administration est celui du vote par tête, et non plus par collège séparé patronat/syndicat, y compris pour la désignation des présidence et vice-présidence. Ceci conduit à faire arbitrer d'éventuels différends entre organisations syndicales ou patronales par le collège adverse ! Ceci est tout simplement inadmissible. C'est grâce à ce mécanisme que le MEDEF, allié à la CFDT, a pu donner la présidence de l'AGIRC à la CFDT, alors que la CFE-CGC est largement majoritaire (résultats des élections AGIRC) dans le collège salarié. Cerise sur le gâteau, cet accord supprimera sous deux ans les élections dans les caisses de retraites AGIRC, seul endroit ou actifs et retraités avaient gardés le pouvoir d'élire leurs représentants et où, comme par hasard, la CFE-CGC est largement majoritaire.