Délégués syndicaux Juin 2018

La prochaine réunion des délégués syndicaux aura lieu le mercredi 20 juin de...

Permanence Gestion du patrimoine juin 2018

La permanence Gestion du patrimoine le 13 juin 2018. La prochaine réunion est...

Permanence juridique juin 2018

La permanence juridique le 15 juin 2018. La prochaine réunion est à déterminer.

ALLIANCE PRO

Les six groupes constitutifs d’Alliance professionnelle (Agrica, Audiens,...

RAPPROCHEMENTS

Si les travaux destinés à unir Malakoff Médéric et Humanis sont...

Répartion géographique des effectifs de la branche RCP

Voici une carte de répartition des effectifs de la Branche au 31 12 2013 :

Pour la consulter, cliquer :  RCP

Gouvernance des groupes de protection sociale

Gouvernance des groupes de protection sociale une négociation impactante sur le champ d’application notre Convention collective nationale ?

Cette négociation a pour objectif de réviser l’accord  national interprofessionnel de  juillet 2009 fixant les règles de gouvernance des groupes de protection sociale.

Vous trouverez ci-dessous deux documents :

- Texte complet sur la gouvernance des GPS par l' IPRC,  cliquer :  GPS

-  Relevé de décisions gouvernance juin 2014, cliquer : Relevé

 


Emploi dans la branche et négociation GPEC

Chers (es) Collègues

A notre initiative s’est déroulée en Mars 2014 une réunion extraordinaire de la Commission de l’Emploi et de la Formation Professionnelle afin d’examiner les conséquences sur nos emplois des décisions des partenaires sociaux en matière de rationalisation des frais des gestion de la retraite complémentaire  et de la suppression  de la possibilité pour une branche de désigner un opérateur pour gérer les régimes conventionnels de Prévoyance et de frais santé.

Nous vous communiquons :

Le Compte rendu des débats ainsi que les documents présentés à cette occasion 

  • 2 courriers de l’IPRC formalisant nos remarques et suggestions sur la question de l’emploi
  • La réponse de JJ Marette au courrier qui lui était adréssée.

Vous trouverez également le dernier projet employeur sur la négociation GPEC ainsi que nos remarques formulées lors de la séance de négociation du 14 mai. Afin d’intégrer (ou pas) nos demandes une prochaine séance est programmée le  8 juillet.

A la rentrée nous nous réunirons de nouveau pour, suite à la nouvelle loi,  actualiser l’accord sur la Formation Professionnelle.

Les documents divers : (cliquer sur chaque document pour le consulter)

1/-  PV du CPEF du 10 mars 2014

2/- Lettre au président de la CPEF au 31 mars 2014

3/- Lettre à JJM président de l'Association AGIRC-ARRCO

4/- Réponse de JJM à IPRC

5/- Projet de texte GPEC Association Employeurs

6/- Nos remarques sur ce projet texte GPEC

 

Négociation salariale de branche : Une politique qui ne veut pas dire son nom

Le refus de l’Association d’Employeurs de revaloriser les  RMMG ne nous a malheureusement pas surpris. Pourtant notre demande était fondée ; en effet, les prévisions d’inflation pour 2014 (+1,3%) complétées par les augmentations de TVA et, de manière plus générale, des prélèvements obligatoires  justifiaient notre demande de revalorisation de 1,3% au 1er janvier 2014.

En renvoyant dans les groupes  la totale responsabilité des négociations salariales, la décision de l’Association d’Employeurs  fragilise l’unité de la branche et de ses salariés. En effet, sans aucun filet de protection, elle crée les conditions de revalorisation différentiée en fonction des catégories de la CCN et selon la nature du salaire (base et ancienneté). En l’absence d’une garantie minimale d’évolution des salaires réels, nous craignons des augmentations salariales excluant les cadres voire les agents de maîtrise.

Cette décision nous apparait par ailleurs paradoxale ; en effet le GIE AGIRC ARRCO accentue sa gouvernance sur la gestion des caisses de retraite et, dans le même temps, redonne la totale liberté aux employeurs de la branche sur la négociation des salaires.

Eu égard à la conjoncture incertaine et défavorable, nous pensions qu’on nous proposerait un « pacte de responsabilité » en échangeant la modération salariale contre le maintien de l’emploi.

Nous avons bien eu la modération salariale mais aucune contrepartie en terme d’ d’emploi.

Cette politique d’austérité risque de nous conduire dans une impasse si les efforts demandés ne sont pas équilibrés par des engagements sur l’emploi.

Les futures discussions sur l’emploi et la gestion prévisionnelle des compétences vont être l’occasion de mesurer la volonté réelle de l’Association d’Employeurs de s’engager en ce sens.

Tract à télécharger :   ici